Prânâyâma et méditation

Prânâyâma

Le prânâyâma est l’art de maîtriser sa respiration. Cette discipline se décline à travers de multiples exercices, ayant chacun un effet différent sur l’énergie. En effet, le souffle est l’interface entre le corps physique et le corps énergétique (subtil) et c’est grâce à lui, et aux mudra, que nous parvenons à purifier celle-ci en chassant le stress, ainsi qu’à augmenter notre potentiel énergétique.

Le yoga traditionnel recèle des trésors dans ce domaine. Vous pourrez les découvrir et bientôt commencer à en tirer les bénéfices grâce à ce cours, qui consacrera une demi-heure à cet art yogique.

Méditation

Le mot « méditation » s’est un peu galvaudé au cours des dernières décennies. On parle de méditation de pleine conscience, de méditation sur la flamme, de méditation transcendantale…. Dans tous les cas, ce mot évoque un état de calme et de bonheur !

Mise au point sur les termes : Dharana, la concentration et dhyana, la méditation

Il y a d’une part l’état méditatif, état où l’être est complètement intériorisé dans un mental enfin apaisé (qui n’est donc plus en proie au flux ultra-prolixe des milliers de pensées qui le traverse) et d’autre part les exercices de concentration susceptibles de nous mener à cet état. Et même si certains de ces exercices se nomment « méditation », ils demeurent des exercices, passionnants certes, mais qui exigent une action et une grande attention de notre part.

Pour simplifier, on pourrait dire que la concentration, dharana en sanskrit, est active, alors que la méditation, dhyana en sanskrit, est passive, qu’elle nous est offerte comme un cadeau du ciel, parfois au bout de quelques minutes, parfois au bout de quelques heures et parfois pas du tout.

Dans tout les cas, cette attitude de recherche s’avère passionnante et fructueuse. Elle calme le mental et l’entraîne à faire la part entre ce que ce dernier nous envoie et la direction dans laquelle nous souhaitons le diriger.

Structure du cours

Le cours se divisera généralement en deux parties : du prânâyâma d’abord, qui, outre ses effets per se prépare à la méditation. Ensuite viendront les exercices de concentration… Et peut-être la méditation.